#JFNum : quand les talents du numérique se rencontrent, se racontent et grandissent Zoom sur Former massivement au numérique pour anticiper la pénurie de compétences

Besoins et offre de formation aux métiers du numérique : le rapport de l’Education Nationale fait le point
 

Suite à la publication du rapport de l’Inspection Générale de l’Education Nationale sur « les besoins et l’offre de formation aux métiers du numérique », Cyril Duchamp, journaliste de l’AEF, a publié un article évoquant le contenu de ce rapport. 

Plusieurs points ont été mis en exergue.

 

Affiner les nomenclatures et perfectionner l’outil statistique

 

Tout d’abord, un constat sur « "les nomenclatures institutionnelles visant à classer les métiers (…) qui ne permettent pas à ce jour de couvrir les métiers du numérique", comme le constatent l’Igas, l’Igen, l’Igaenr et le CGEIET dans un rapport publié fin avril 2016. »

Selon le rapport de la mission des inspections, l’insuffisance des nomenclatures concernant les métiers, les emplois ou les formations, avec notamment une "absence de définition partagée des métiers du numérique", ne permettent pas d’en suivre les évolutions. 

Les nomenclatures apparaissent "généralement mal adaptées pour saisir les indices de transformation des métiers, en termes de contenus, de secteurs professionnels et plus encore de compétences".

 

Selon les inspections, 3 catégories de métiers sont concernées par la transformation numérique : 

 

  • Les métiers au coeur du numérique : les professionnels appartenant à cette catégorie devant "constamment faire évoluer leurs compétences » pour s’adapter à "l’évolution technologique permanente" qui caractérise leurs métiers. 
     
  • "Les métiers nouveaux ou profondément transformés par le numérique"

 

  • "Les métiers où le numérique est un support à l’activité", qui, comme le souligne le journaliste « concernent l’ensemble des secteurs économiques ». 

 

Compte tenu des enjeux liés à l’emploi dans le numérique et des estimations de la Commission Européenne qui chiffre à 900 000 la "pénurie de compétences dans le numérique en Europe" à l’horizon 2020, il semble nécessaire de faire évoluer les nomenclatures à des fins statistiques comme opérationnelles. L’évolution de l’appareil statistique doit notamment permettre de distinguer les niveaux et les types de compétences ; le besoin étant particulièrement important sur les postes d’encadrement niveau Bac + 5, présentant des compétences à la fois techniques et transversales. 

 

 

Répondre aux besoins en formant étudiants, lycéens et enseignants

Face aux forts besoins en compétences, il est nécessaire d’  «augmenter le flux de diplômés », et donc de développer l’offre en formations. Ainsi, « la mission plaide pour "le développement d’une offre multiforme » comprenant un "volet formation et recherche en sciences du numérique, incluant également les humanités numériques » en plus de l’actuel projet de "rénovation pédagogique" » . 

 

Sur quelles formations le développement de l’offre va-t-il être axé? 

Tout d’abord sur les formations en informatique, mathématiques, et information et communication. Mais la commission prévoit également des "parcours dédiés au numérique dans un plus grand nombre d’autres mentions" et "le développement de mentions à double compétence".

En plus du volet « sciences du numérique » que les inspections souhaitent introduire au niveau des diplômes nationaux, "l’objectif pourrait être (…) de doubler la part de mentions explicitement dédiées au numérique en licence, licence professionnelle et master dans les deux ans, sachant qu’à terme le numérique doit être intégré dans l’ensemble des formations". 

 

Pour assurer un niveau de compétences suffisant sur les sciences du numérique au niveau de l’enseignement supérieur, se pose nécessairement la question « de renforcer voire de construire dès le second degré des compétences en sciences du numérique ».

Pour la partie enseignement secondaire, deux pistes sont évoquées : 

- la création d’un baccalauréat "sciences du numérique" 

la création d’un "enseignement 'numérique' portant à la fois sur les sciences du numérique et leurs usages économiques et sociaux".

 

Des solutions sont également évoquées pour répondre aux besoins du marché dans l’immédiat. 

La possibilité de recruter contractuellement enseignants ou enseignants-chercheurs est évoquée pour palier le besoin en formation des étudiants. 

Au-delà de la formation initiale, la professionnalisation et la formation continue constituent des orientations pour répondre au besoin immédiat de compétences numériques.

 

 

 

 

Consulter le rapport intégral* de l'Inspection Générale de l'Education Nationale en ligne sur

http://cache.media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/2015/30/7/2015-097_metiers_du_numerique_568307.pdf

 

*Ce rapport est une contribution importante à nos travaux du CSN'Num "Conseil Sectoriel National dédié au Numérique" piloté par la DGESIP assistée de Pasc@line.

 

 

Retour

Partager cette page sur :