#UniversNum, retrouvez toute la série de témoignages de janvier à juin 2017 ! Actualités Repenser l’Alternance dans le numérique : appel à mobilisation pour un enjeu d’avenir !

#UniversNum #ProsduNum : Sophie, architecte web, mène l'enquête au coeur des sites et applis
 

 

Chez SensioLabs, j’ai rencontré Sophie, 41 ans, ingénieure chimiste de formation et aujourd’hui Architecte d’applications. C'est la collègue de Clément développeur web (voir reportage). No stress, elle a l’habitude des interviews, des conférences. D’ailleurs, elle « adore faire le pitre ». Il paraît qu’il faut la sortir de scène sans quoi elle y reste pour la journée. Me voilà prévenue ! 


En 2017, l'association Pasc@line initie, avec l'aide de ses écoles et entreprises membres et de ses partenaires, une "collection" de portraits intitulée "UNIVERS NUM".
Étudiants, professionnels, enseignants, acteurs de l'Éducation numérique : autant de rencontres à venir pour découvrir, de manière très vivante, les différents aspects et évolutions de ce secteur.


Liens utiles : visionner la vidéo / Télécharger le reportage en version pdf

 

UNIVERS NUM - #ProsduNum #2 

Sophie, architecte d'applications chez SensioLabs à Clichy (près de Paris)
“Je dessine les plans avec lesquels les développeurs web vont constuire vos maisons !“ 

 

Voir la vidéo teasing :
 

 

 

MERCREDI 31 MAI

COMMENT L'ARCHITECTE D'APPLICATIONS EST-ELLE NÉE ?

Une passionnée d'informatique depuis l'enfance

« J’ai toujours eu une passion pour les sciences et les maths. J’ai tenu un ordinateur entre mes mains dès l’âge de dix ans ! » Période à laquelle elle a aussi commencé la musique électronique, influencée par le titre Photographic du groupe Depeche Mode, un son très binaire et techno. « Mais quand j’ai dû choisir une orientation, à la fin du collège et des années 80, le web n’existait pas. » Sophie opte donc pour des études d’ingénieure chimiste. Trop de management à son goût, pas assez de technique : « j’ai bifurqué, je me suis formée. » 

Elle devient Webmaster indépendante puis experte web pour un célèbre groupe de mobilier grand public. Un vrai changement d’échelle après sa période en freelance : 20 personnes à gérer et 120 millions d’euros de chiffre d’affaires !

Suit une expérience d’expert-consultante dans une entreprise qui « faisait rêver tous les développeurs PHP », avant d’arriver enfin chez SensioLabs, à la pointe de la technologie. De sa formation d’ingénieure et de chimiste, elle conserve néanmoins une démarche d’observatrice ouverte au monde, d’analyste qui « met les mains dans le cambouis pour rassembler des informations et leur faire prendre sens. » 

Sophie-archi-web

 

Je suis celle qui « dessine les plans de la maison » 

Je lui demande de me décrire son poste actuel : « on peut dire que je suis consultante informatique, spécialisée dans les applications. En tant qu’architecte web, je dessine le plan, grâce auquel les développeurs vont construire « la maison ». Ensemble, on bâtit des quartiers entiers, des usines ! Avec des contraintes bien sûr : une poutre de 10 m ne suffira pas à supporter plusieurs tonnes, il faut que le bâtiment soit utile, suffisamment lumineux. » C’est pareil dans le numérique. Même démarche pour Sophie donc, qui doit indiquer, dans les études d’architecture qu’elle réalise pour les développeurs web, quelles technologies choisir, quelles normes respecter. Les architectures ne sont pas apparentes mais on peut juger de leur efficacité à travers la qualité de l’application produite, sa capacité à évoluer, sa performance. « Il n’y a pas de grand architecte web connu » me dit Sophie dans un sourire, « pourtant une application comme Facebook tient son succès du fait qu’elle a de bons architectes, quant à la réussite de Netflix, elle doit beaucoup à la vision révolutionnaire de l’architecture qui a été utilisée ». 

 

 

COMMENT SE PASSE TON QUOTIDIEN ?

Une enquête au coeur de l'application web...

Au quotidien de Sophie, beaucoup de collecte d’informations sous... Word et Excel. Pour auditer l’architecture d’une application client, elle en analyse le code, la base de données, donne son avis sur la manière dont l’appli a été construite, ses performances, la qualité du code... « Je compare avec ce qui se fait dans le métier et explique dans mon rapport quelles améliorations proposer. C’est intéressant : on découvre de nouvelles problématiques et... les solutions pour les résoudre ! » Autre aspect du métier, plutôt sympa : « il faut se tenir au courant de toutes les évolutions technologiques, bien comprendre leur fonctionnement. » 

 

... sans monotonie et avec récompense immédiate !

Dans sa journée d’architecte web, pas de monotonie. « Je peux sauter du coq à l’âne (dans le bon sens du terme !), être amenée à travailler avec tous les métiers de l’entreprise, dans tous les domaines. Je parle aussi bien aux commerciaux qu’aux développeurs, aux « archis », qu’aux clients. » Sophie ajoute avec un plaisir non dissimulé : « c’est un travail avec instant reward {récompense immédiate}. Vous avez passé une semaine intense sur l’audit de son application mais quand le client vous dit « sans votre rapport, on ne s’en serait pas sortis ! », c’est gratifiant, tout de suite. Pas besoin d’attendre plusieurs semaines ou mois la fin du projet. » 

Sophie-archi-inge

QUELLES SONT, SELON TOI, LES QUALITÉS REQUISES POUR ÊTRE ARCHITECTE WEB ? 

Une tournure d’esprit propre aux ingénieurs associée à une curiosité scientifique

C’est un métier extrêmement technique : il est indispensable de comprendre de quoi on parle. Ainsi il y a des choses qu’on imagine pouvoir faire mais qui ne peuvent pas être codées. Des capacités d’analyse et de synthèse, d’organisation sont indispensables : on traite beaucoup de données auxquelles il faut apporter du sens. Mais il est aussi important de savoir se détacher (et détacher ses collègues) du code pour prendre du recul, évaluer le ROI (retour sur investissement), replacer le projet dans les processus de l’entreprise, aller à la rencontre du client pour faire la liaison entre son besoin et la proposition commerciale. « Cela demande vraiment une tournure d’esprit particulière, propre aux ingénieurs, avec des compétences managériales et une vraie passion pour l’innovation technologique et la science. » me précise Sophie. « Quand la technique nous dit comment faire pour que cela marche, la science en explicite les concepts, nous met sur la voie de la compréhension, de l’analyse, nous permet d’appliquer ces concepts à un projet concret ». 

S’il n’existe pas, selon Sophie, de parcours fléché vers le métier d’architecte web, « un ingénieur amateur d’informatique, curieux de sciences et d’histoire scientifique où puiser de l’inspiration, trouvera son bonheur dans cette voie. Car il est intéressant non seulement de connaître les différentes découvertes scientifiques mais aussi d’examiner les démarches qui ont permis d’y parvenir. » Pour trouver, qui sait, les indices d’un prochain jeu de pistes informatique

 

Quels sont tes rêves pour demain ? 

« Mon métier est fascinant. Il y a beaucoup “d’églises”. Tout le monde cherche à dire que la sienne est la meilleure. Je voudrais savoir encore plus et mieux écouter et tenter de répandre les différentes “bonnes paroles“ ». Pour Sophie, il n’y a pas forcément de règle absolue : une solution peut être efficace dans un certain contexte. Et non bonne (ou mauvaise !) tout le temps.

« Je voudrais devenir sage et apporter à l’architecture, au développement cette distance et cette sérénité dont ils ont besoin. » Sophie s’est d’ailleurs remise à composer de la musique électronique, cela contribue à l’équilibre qu’elle veut donner à sa vie. Avec la course à pieds et le badminton bien sûr ! 

 

LA ? BONUS : QUE DIRAIS-TU À DES JEUNES, GARÇONS OU FILLES, QUI S'INTERROGERAIENT SUR LEUR AVENIR ?

Une nouvelle fois, que mon métier est fascinant ! Et qu’on ne s’y ennuie jamais. Ensuite, je leur suggérerais probablement aussi de relire les thèses de ceux qui ont fait bouger l’informatique ;-). Comment Alan Kay a inventé le langage-objet* par exemple. Je ne suis pas certaine qu’on ait fini d’en comprendre toute la portée. Peut-être auront-ils l’occasion de le découvrir. Dans le numérique, on s’attache à Steve Jobs ou à Mark Zuckerberg mais on oublie ceux qui ont permis de franchir un cap décisif. Comme l’informaticienne qui a programmé la navette Apollo en 1969 pour qu’elle atterrisse sur la lune... 

 

Téléchargez aussi la version pdf du reportage ! Et n'hésitez pas à le diffuser

 

En savoir + ?
https://sensiolabs.com/fr
www.concepteursdavenirs.fr
www.talentsdunumerique.com 
www.onisep.fr

 

Petit lexique

*Le langage-objet est un concept de programmation spécifique (POO - programmation orientée objet). Les instructions n’y sont pas données de manière globale et linéaire, mais regroupées par blocs (ou objets). 

 

Crédits
Photo : DR
Visuels : The Noun Project

​Electric piano et Coding by Oliviu Stoian / Building by Tinashe Mugayi / Scientist by Chameleon Design / Lightbulb by Davo Sime / Clean Code by lastspark. 

 

Retour

Partager cette page sur :